Education nationale

scolophobe (c) sylvain pongi auteur
"Scolophobe" illustration (c) Sylvain Pongi auteur

Une situation morose

Alors que l'on devrait se réjouir d'une école accessible à tous, de bénéficier de la part la plus importante du budget national, élèves, parents et enseignants ne sont pas satisfaits de la situation (e-mag vous nous ils, 2016). L'institut Delouvrier note lui une stabilisation en 2018(1).

Un paquebot qui n'aime pas les vagues

Un jour, un homme haut placé m'a comparé l'éducation nationale à un paquebot; pour le faire virer, ça prend du temps... de plus les réformes sont parfois mal comprises (voir cet article sur la "réformite"). Si les enseignants sont mieux payés ailleurs (article Le café pédagogique), ceux-ci sont aussi bien plus impliqués qu'en France (l'école malade de l'absentéisme article le Figaro). De l'autre côté de la barrière, à quand la fin de la défiance parentale (voir le rapport de mission de l'assemblée nationale, janvier 2018)?

Mais aussi à quand de vrais conseils de classe ou le directeur de collège ne vous empêche pas de parler d'une suspicion de comportement malsain du professeur de sport, qui s'introduit dans les vestiaires des filles ? (Source: du vécu personnel!)

Le buffet

En attendant, il nous reste l'humour. Je tiens ici à encourager toutes bonnes volontés du dialogue, parents, professeurs et élèves. Et je vous invite à regarder cette vidéo qui en dit tant: l'école est un buffet de Idriss Aberkane.

------ (1) extrait du rapport 2018 de l'institut Delouvrier Dans un contexte de réformes importantes (Parcoursup, réforme du lycée...), l’opinion des Français et la satisfaction des usagers à l’égard de l’éducation nationale se caractérisent cette année par leur très grande stabilité. Comme l’an dernier, l’éducation nationale est la troisième priorité des Français avec 36% de citations. Elle occupe cette place dans l’ensemble des catégories d’âge, sauf chez les personnes âgées de 50 ans et plus où elle est devancée par la police et la gendarmerie. Elle est au deuxième rang en Île-de-France. L’opinion à l’égard de l’action de l’Etat dans ce domaine est remarquablement stable avec 44% de bonnes opinions : la nette amélioration enregistrée l’an dernier est ainsi confirmée. 6 La satisfaction est également stable à un niveau correct chez les parents (74%, =) mais se dégrade assez nettement chez les élèves (57%, -8 pts). Toujours la première attente, la communication aux élèves d’un savoir progresse après plusieurs années de stabilité : 25% des parents (+5 pts) et 21% des élèves (+3 pts) estiment qu’il s’agit de la principale priorité. Ils sont 65% à se dire satisfaits de cet aspect-là (stable par rapport à l’an dernier). A noter que la disponibilité des enseignants auprès des élèves et de leurs parents, qui suscite une satisfaction tout juste correcte (58%), apparaît cette année comme un vrai levier pour améliorer la satisfaction globale.

0 Commentaires

Ajouter un commentaire

Format Texte Simple

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.